Maquette avion Dassault Mystere IV en bois

Nouveau

Attention : derniers articles en stock!

136,67 €

Ajouter à ma liste

Fiche technique

videoxdlfgSCkQ_w
Dimensions (30,50x52) cm
Echelle 1/48ème
Matiere bois massif
Peinture à la main
Socle Acacia

Plus d'infos

Réalisée en bois massif, sculptée et peinte à la main, cette magnifique maquette de collection sur socle en Acacia est une réplique détaillée et parfaite de cet avion légendaire.
 
Le Dassault MD-454 Mystère IV est un chasseur de jour français des années 1950 qui connut une longue carrière en France, où il resta en service jusqu'en 1982. De nombreux exemplaires ont été exportés en Inde et Israël.
Le 2 août 1951, la société Dassault Aviation signe un marché avec le Service technique de l'aéronautique pour la réalisation d'un prototype plus évolué que le chasseur Mystère II et pouvant atteindre Mach 1 en piqué, mais sans que soit envisagée une production en série. Une nouvelle voilure est dessinée pour l'appareil nommé MD-454 Mystère IV. Par rapport à l'aile du Mystère II, elle est dotée d’un profil biconvexe, d'une plus forte flèche (38° contre 30°) et plus mince (7,5 % au lieu de 9 %). Le fuselage, plus affiné, de section circulaire dans ses parties avant et arrière, a une partie centrale de section piriforme à large base.
Le premier Mystère IV A est réceptionné par la 12e escadre de Cambrai le 25 mai 1955. C'est sur cette base qu'est formée une première patrouille acrobatique dotée du nouvel avion. Le 14 juillet 1955, douze de ces appareils défilent au-dessus des Champs-Élysées. À partir de la fin 1955, six escadres de chasse sont équipées du Mystère IV A. Il a également équipé les groupes écoles GE 312 et GE 314 ainsi que le CEAM (Centre d'Expérimentations Aériennes Militaires) et le CTB (Centre Technique de Bombardement). De 1957 à 1964, il a été la monture de la Patrouille de France. La fin des livraisons à l'Armée de l'Air intervient le 27 novembre 1958, après 242 exemplaires. Les derniers Mystère IV terminent leur carrière à la 8e Escadre de Chasse de Cazaux où ils assurent le perfectionnement des futurs pilotes de combat. Leur retrait définitif, après presque 30 ans de service, intervient au mois de novembre 1982 lors de la conversion de la 8e Escadre sur Alpha Jet.